L’ENVIRONNEMENT

L’ENVIRONNEMENT

Questions

La Station d'Epuration

La station d’épuration avec ses lagunes a vécu, et maintenant place à la nouvelle station avec ses filtres plantés de roseaux

Le début ses travaux a commencé par la vidange des lagunes le 1er avril 2014 et le terrassement a suivi immédiatement, permettant une mise en service provisoire dès le mois d’aout. Cette étape franchie a libéré la dernière lagune. Cet espace est maintenant transformé en plusieurs longueurs de fossés, filtrant les eaux, et limitant les rejets dans le ruisseau.

Le principe de traitement par ces lits de roseaux s’inspire des propriétés épuratrice des zones humides, c’est lorsque les roseaux se seront installés que ce principe fonctionnera. Auparavant elle fonctionne comme un filtre à sable drainé.

La station est dimensionnée pour 900 équivalents -habitants, avec un débit nominal de 135 m3 /jour soit un débit horaire de 5.62 m3/h avec des pointes à 18 m3 .6 bassins de 1080 m ²constituent le premier étage et 4 bassins de 720 m² le 2ème étage. Les bassins sont composés d’une bâche imperméable, recouverte de matériaux drainants puis de sable. Des tuyaux avec des systèmes différents suivant les étages permettent un arrosage de l’ensemble des bassins et la récupération se fait par des drains de 160 mm de diamètre.

Le parcours des eaux arrivant à la station:

1- passage dans le dégrilleur, permettant de sortir les corps de taille importante, non dissous dans l’eau à savoir : les excréments, les serviettes hygiéniques, les plastiques, les tissus….Le dégrilleur est une vis sans fin inclinée tournant par période de 4 mn tout les 1/4 h, avec un fond de vis troué permettant l’égouttage des déchets. En cas de panne électrique ou autre, un système de dérivation avec des grilles remplace ce dégrilleur électrique. Attention, il ne faut pas mettre dans les toilettes tous les déchets biodégradables, la dégradation se fait généralement avec un certain temps, nous retrouvons hélas trop de détritus qui ne devraient pas arriver dans les circuits (ex: gants de toilettes, gravats).

2-Les matières liquides passent dans le canal de comptage permettant de suivre les quantités reçues en temps réel avec les pointes journalières ou hebdomadaires. Les enregistrements nous font apparaître des pointes à 14 m3 à l’heure en soirée et les weekends.

3-Ces eaux chargées arrivent dans un ouvrage de bâchée permettant le stockage avant l’évacuation par lâcher de 7.2 m3.L’ouverture des vannes est pneumatique.

4-Ces fluides arrivent au premier étage, dans les bassins (1 et 2) de roseaux simultanément, et ceci durant 3 jours consécutivement ; puis les deux suivants (3 et 4) durant 3 jours et de même pour les bassins (5 et 6).Les eaux sont filtrées avant de rejoindre la prochaine étape.

5-Le poste de refoulement stocke un volume de 5,9 m3 .Les eaux sont évacuées par 2 pompes tournant en alternance vers le deuxième étage. Chaque pompe est reliée à un compteur de fonctionnement horaire, celui-ci sert d’indicateur de pannes ou de mauvais fonctionnements.

6-Les eaux arrivent dans un bassin (7) planté de roseaux durant 3 jours consécutivement, il en va de même pour les bassins suivants (8,9 et 10).

7-L’évacuation se fait par un passage dans un canal de comptage des volumes assainis.

8-Ces eaux filtrées en permanence s’évacuent dans les 600 mètres de noues filtrantes. Les infiltrations dans le sol limitent les rejets, et durant certaines périodes de l’année, essentiellement l’été et l’automne, il ne devrait pas y avoir d’eau à ressortir de la station.

9- Un troisième canal de comptage mesure la quantité d’eau sortant de la station pour rejoindre le ruisseau, qui se déverse dans le ruisseau de Moulin de Guervaud.

L’équipement est prévu pour fonctionner sans électricité pour 15 jours environ. Nous avons pu constater que des matières ne devraient pas arriver à la station: des vidanges de fosses septiques, des huiles; ces matières altèrent les qualités épuratrices de notre station. Cet investissement demande une surveillance régulière, un système de télésurveillance signalera les défauts de fonctionnement de la station, associé aux postes de refoulement de Trémorin et de Prad Izel.

La réalisation